CRISE sécheresse

La Préfecture a placé le département du Finistère en CRISE sécheresse par arrêté préfectoral daté du 10 août

Le département du Finistère est placé en situation de CRISE sécheresse, l’utilisation de l’eau est réglementée.

Les prescriptions du présent arrêté sont applicables jusqu’au 31 octobre 2022. Son renforcement ou son assouplissement avant l’échéance ainsi que la modification de l’échéance se feront par un nouvel arrêté préfectorale

Compte tenu de la situation de sécheresse qui s’aggrave, le préfet du Finistère a réuni le 10 août un comité de gestion de la ressource en eau.

Après une présentation de la situation et de nombreux échanges, il a été décidé de placer l’intégralité du département du Finistère en situation de « CRISE  sécheresse ». Il s’agit du niveau d’alerte le plus élevé.

A ce titre, sont notamment interdits par arrêté préfectoral (liste non exhaustive, se rapporter à l’annexe de l’arrêté) :

  • Interdiction d’arroser les potagers de 8h à 20h
  • Interdiction d’arroser les espaces verts, pelouses et jardin non potagers
  • Interdiction de remplir les piscines y compris hors sol
  • Interdiction de nettoyer les murs, façades, toits, terrasses, …
  • Interdiction de remplir ou mettre à niveau les plans d’eau
  • Interdiction de nettoyer les véhicules sauf ceux ayant une obligation réglementaire

L’arrêté prescrit également des baisses de consommation des sites industriels et des interdictions d’irrigation.

Certaines mesures de dérogation, très limitées, resteront possibles, par exemple pour des motifs sanitaires.

Les services de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), de l’office français de la biodiversité (OFB) renforceront leurs contrôles. Le non respect des dispositions de l’arrêté est sanctionné par une amende prévue par le code de l’environnement d’un montant maximum de 1 500 € pouvant aller jusqu’à 3 000 € en cas de récidive.

Le préfet du Finistère rappelle que la situation est tendue et appelle chacun à la vigilance dans sa consommation en eau quelle que soit son origine.


Les risques sanitaires des fortes chaleurs

L’exposition à de fortes chaleurs constitue une agression pour l’organisme. La transpiration permet au corps de maintenir sa température, mais lorsqu’il ne la contrôle plus et qu’elle augmente rapidement, une personne peut être victime d’un coup de chaleur. Les nourrissons et les personnes déjà fragilisées (personnes âgées ou atteintes d’une maladie chronique) sont particulièrement vulnérables.

Lors d’un épisode de fortes chaleurs, elles risquent une déshydratation, l’aggravation de leur maladie chronique ou encore un coup de chaleur. Les personnes en bonne santé (notamment les sportifs et travailleurs manuels exposés à la chaleur) ne sont cependant pas à l’abri si elles ne respectent pas quelques précautions élémentaires.

Les conseils pour se protéger de la chaleur et du risque incendie

  • Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
  • Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avant-bras) plusieurs fois par jour ;
  • Évitez de sortir aux heures les plus chaudes ;
  • Préférez les activités sans efforts aux heures les plus chaudes ;
  • Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
  • Ne buvez pas d’alcool ;
  • Mangez en quantité suffisante des plats légers et riches en eaux (fruits et légumes) ;
  • Portez des vêtements légers amples et clairs et un chapeau en extérieur ;
  • Si vous avez des personnes âgées, isolées ou souffrant de maladies chroniques dans votre entourage, prenez de leurs nouvelles ou rendez leur visite ;
  • Ne fumez pas dans les zones forestières, ne jetez pas les mégots par la fenêtre de votre véhicule ;
  • N’allumez ni feu ni barbecue à moins de 200 mètres des massifs boisés et landes.

Si vous avez des crampes, des maux de tête, des nausées ou une fatigue inhabituelle, mettez-vous dans un lieu frais, buvez, arrêtez toutes activités physiques, aspergez-vous d’eau et ventilez-vous si les signes surviennent après une exposition directe au soleil. Dans tous les cas, appelez un médecin si les symptômes s’aggravent ou persistent plus d’une heure et en cas de cas de malaise : faites le 15 !

Pour plus d’informations :

Nous vous invitons à adopter les bons gestes pour économiser l’eau et maintenir les efforts jusqu’à la fin de l’été

Aller au contenu principal