La prime covoiturage pour les conducteurs, une nouveauté 2023

L’État affiche son ambition de lutter contre la voiture solo. Parmi ses propositions, une prime de 100€ pour les conducteurs qui se lancent dans le covoiturage courte distance via une des applications mobiles éligibles au dispositif. Comment ça marche ? Qu’en espérer ?


Avec son nouveau Plan National covoiturage du quotidien, l’État ambitionne d’atteindre trois millions de trajets quotidiens en covoiturage, contre seulement 900 000 aujourd’hui. Il espère ainsi éviter l’émission de 4,5 millions de tonnes de CO2 chaque année.

Bonne nouvelle pour le covoiturage, l’État s’empare du sujet !

L’État affiche ainsi sa responsabilité dans la modération du trafic automobile et de ses émissions carbone. L’enjeu est de taille, il s’agit d’instaurer une nouvelle pratique : le covoiturage, qui demeure aujourd’hui très confidentiel.

Alors que le permis de conduire demeure le graal des jeunes adultes et que l’achat d’une voiture représente encore un gage de liberté individuelle… le chemin vers le partage des trajets et des voitures sera long. Du changement de la norme sociale au changement de mode de vie, l’État a son rôle à jouer. Le plan national covoiturage du quotidien est une première pierre pour aller dans ce sens.

Dans le panel de solutions proposées, qui fait la part belle au financement d’infrastructures dédiées au covoiturage et aux incitatifs financiers pour les conducteurs, on peut toutefois regretter l’absence d’aide financière aux collectivités pour le déploiement d’animations et communications locales au plus près des habitants, pour accompagner les changements de comportement.

La prime covoiturage du quotidien : une prime pour les conducteurs qui utilisent une application mobile éligible

Le covoiturage informel, majoritaire aujourd’hui, ne permet pas de bénéficier de la prime. Pour que le conducteur touche la prime de 100 €, il doit s’inscrire sur une plateforme de covoiturage éligible au dispositif et y valider ses trajets. Ses passagers doivent le faire aussi.


Pour bénéficier de la prime, le covoitureur conducteur doit remplir les conditions suivantes :

  • Réaliser 10 trajets en France, d’une distance inférieure ou égale à 80 km
  • Effectuer un premier trajet en covoiturage en tant que conducteur en 2023, puis effectuer 9 autres trajets dans les 3 mois suivants
  • Effectuer ses trajets en utilisant une application mobile de covoiturage éligible (les covoitureurs conducteur et passager doivent rester fidèles au même opérateur lors des 10 premiers trajets)
  • Avoir le permis de conduire et renseigner son numéro de permis de conduire
  • Accepter la géolocalisation de ses trajets (conducteur et passager doivent leLe versement de la prime (d’un montant total de 100 €) est réalisé selon les modalités suivantes : faire)
  • Communiquer une pièce d’identité valide (conducteur et passager doivent le faire)
  • Ne pas avoir bénéficié de chèque carburant ou carte cadeau dans le cadre d’opérations CEE chez les opérateurs Blablacar, Klaxit et Karos dans les 3 dernières années

Le versement de la prime (d’un montant total de 100 €) est réalisé selon les modalités suivantes :

  • Un premier versement de 25 € est réalisé dans les trois mois qui suivent le 1er covoiturage
  • Un deuxième versement de 75 € est réalisé dans les trois mois qui suivent le 10ème covoiturage
  • Une seule demande de prime est possible par conducteur (et il est impossible de refaire une demande auprès d’un nouvel opérateur)
  • L’opérateur peut décider de verser la prime sous forme monétaire ou de bons d’achat

Une prime qui incite à covoiturer, mais pas à lâcher le volant


On sait aujourd’hui que de nombreux conducteurs autosolistes se déclarent prêts à ouvrir les portières passagers de leur voiture (1er baromètre de l’autosolisme, avril 2022, Vinci autoroutes).

En revanche, il est encore très difficile de faire lâcher le volant aux autosolistes pour en faire des passagers occasionnels ou réguliers. Or c’est bien là qu’est la clé pour diminuer le nombre de voitures sur les routes. Pour devenir passagers, les automobilistes doivent lever plus de freins, comme la peur que le conducteur fasse faux bond et de se retrouver ainsi sans solution pour être à l’heure au travail ou pour rentrer en fin de journée. On peut donc regretter que seuls les conducteurs soient concernés par la prime.


Quid des personnes en fracture numérique ?


Pour bénéficier de la prime, il est nécessaire d’utiliser une application mobile et donc de disposer d’un téléphone mobile, de savoir l’utiliser et d’accepter le contrôle de sa géolocalisation.

De nombreuses études montrent que parmi les covoitureurs passagers potentiels – notamment en zone rurale – sans voiture ou sans permis de conduire, dans des secteurs non desservis par les transports en commun, nombreuses sont les personnes exclues de la mobilité. Avec parmi elles, des personnes en fracture numérique. De nombreux services se développent dans les campagnes pour développer le covoiturage de proximité ou le covoiturage pour l’accès à l’emploi. Tous passent par un nécessaire système d’accueil téléphonique. Pour massifier le covoiturage, il sera impératif d’imaginer également des solutions et des incitatifs accessibles à tous.


En Bretagne, les applications publiques Ouestgo et start’ sont éligibles à la prime


Les opérateurs éligibles au dispositif sont recensés sur le site dédié du gouvernement. En Bretagne et Pays de la Loire, la plateforme ouestgo publique et gratuite – gérée par les collectivités – a tout mis en oeuvre pour être prête dès mi janvier 2023. Les conducteurs qui s’inscrivent sur la plateforme peuvent y faire leur demande de prime. La ligne de covoiturage mise en place par Rennes Métropole entre les communes du Rheu et de Cesson Sévigné est également éligible à la prime.


La prime covoiturage longue distance est cumulable avec la prime du quotidien


A noter que l’État propose, selon un principe similaire, une prime pour les trajets supérieurs à 80km, cumulable avec la prime covoiturage du quotidien.

Aller au contenu principal